Sandrine LAROCHE

Nouvelle 11_02« Je suis née à Angers d’une famille de musiciens, et ai commencé très tôt l’apprentissage de la musique. En grandissant, j’ai poursuivi des études supérieures de piano et de musicologie. J’ai appris le tirage argentique dans un club photo –‐ ce qui m’a permis de concrétiser ma passion de l’image –‐ et bien que je réalise une bonne partie de mon travail photographique sur pellicule, je pratique aussi la photographie et retouche numérique : la série « mirage » en est l’exemple. Aujourd’hui, parallèlement à mon métier de pianiste, je ne cesse de photographier.

9 refaite catalogue

Je photographie le monde qui m’entoure, ou plutôt je m’entoure d’un monde que je photographie. J’aime capter l’état limite. Les fêlures des êtres et des choses m’interpellent. La littérature, la danse, le cinéma et la musique me nourrissent, deviennent parfois même des références. Depuis quelques années je me consacre à l’autoportrait, de sa forme la plus « banale » (portrait, nu) à sa forme la plus étrange et insolite ( radiographie, corps en surimpression avec des pierres, pose longue, mise en scène…). Au–‐delà d’un rapport narcissique à l’image, il y a la notion de cheminement intime, de voyage initiatique. Un témoignage de ma vie ? Dans la série « mirage », le temps se suspend dans un mouvement, qui va en grandissant. Le corps semble alors s’extirper de lui-même. »

Sandrine Laroche

http://sandrinelaroche.art.free.fr/